Johary Ravaloson

Johary Ravaloson sera en résidence en février et mars 2022.

« Je crée ma langue à chaque ligne. J’écris dans l’intime […] ».

Avec une œuvre très marquée par la confrontation entre les traditions malgaches et
la modernité, Johary Ravaloson navigue entre écriture et édition, toujours
préoccupé par l’ombre du dodo, oiseau aujourd’hui disparu, pour lui emblématique
des oubliés du progrès.

Nous avons été interpellés par ses livres et sa langue, par son regard acéré et aussi par sa double casquette d’auteur et d’éditeur : co-fondateur des éditions Dodo vole, dans un pays où le livre est devenu un bien culturel très marginalisé, son expérience dans ce domaine pourra nous éclairer sur les conditions de création et circulation des livres dans la Grande Ile.

Quelques mots sur son parcours :

Né en 1965 à Antananarivo, Johary Ravaloson étudie le droit à Paris et à La Réunion, pratique jusqu’en 2016,puis se consacre aux livres.
Il écrit des romans et des nouvelles et adapte pour les enfants des contes, traduit, édite des textes littéraires du sud-ouest de l’océan Indien, avec les éditions Dodo vole depuis 2006.
Il fonde en 2018 la revue Lettres de Lémurie qui publie annuellement vingt-quatre auteurs de cette région,en français ou dans leurs langues avec une traduction française.
Il anime ponctuellement des ateliers d’écriture et se confronte parfois à d’autres moyens d’expression comme l’art plastique ou la vidéo.
Inscrit dans la société civile malgache à travers différentes associations, il revendique l’autonomie de son travail littéraire et se veut écrivain dégagé.
Créateur du mouvement Dodo pour une esthétique du marronnage sans définition qui tue ni genre exclusif, il navigue entre les mondes en disparition.
Il publie nouvelles et romans, mais aussi, plus récemment, des textes pour la jeunesse.

Pour son projet d’écriture à Rhizomes, Johary va interroger un fait divers d’Antananarivo qui le hante et qu’il voudrait comprendre, dans l’idée d’en tirer une fiction. Lila, une adolescente d’Antananarivo, violée depuis ses huit ans par son père et séparée brutalement de son amoureuse, Clem – emprisonnée pour relation « contre-nature avec une mineure de son sexe » –, veut rétablir la justice : mettre son père en prison et libérer son amie.

Retrouvez le dossier complet ICI :

Bibliographie sélective :

Amour, patrie et soupe de crabes, Éditions Dodo vole, 2019
Vol à vif, Éditions Dodo vole, 2016
Géotropiques, Éditions Dodo vole, 2010
Antananarivo intime, avec les photographies de Sophie Bazin, Dodo vole, 2020

Comme pour chaque résidence organisée par l’association Rhizomes, plusieurs rencontres seront mises en place durant sa résidence : n’hésitez pas à nous contacter si vous avez envie d’imaginer une rencontre avec lui !




Les résidences d’écriture sont soutenues par la Région Bretagne, le Département du Finistère, la Ville de Douarnenez, la Drac, la Fondation Jan Michalski et Un monde par tous : merci à elles et à eux !